Voyageurs d’affaires et “flexcation” : l’avenir du tourisme d’arrière saison?

L’été a filé et l’arrière saison n’en est qu’à son démarrage et le secteur du tourisme. Compte tenu des restrictions sanitaires, la saison prochaine se doit d’être appréhendée différemment. L’avenir du tourisme en France est de plus en plus en question, surtout lorsqu’il s’agit de sauver l’arrière saison. Si les hôteliers attendent leur clientèle Affaires, ce type de tourisme risque de reprendre d’une manière lente et inégale. Pourtant, le travail à distance et les nouvelles technologies ont ouvert le chemin à un nouveau type de voyageur, influencé par « la flexcation » une tendance venue des Etats-Unis.

l'avenir du tourisme d'arrière saison, la flexcation, welogin

La “flexcation” vous connaissez ? Ce phénomène associe travail et plaisir. On peut y inclure de nouvelles pratiques termes comme le “co-living”, “co-working” ou travail à distance (en dehors de son lieu de travail) voire en remote (à l’étranger). Petit tour d’horizon d’un phénomène qui pourrait soutenir l’arrière-saison touristique en France et le voyage toute l’année !

 

De nouvelles pratiques touristiques qui associent voyage et travail

L’intersaison touristique démarre lentement. Si dans certaines régions les réservations repartent de plus belle, l’incertitude règne partout ailleurs. L’entre-deux qui se repose sur la clientèle Affaire prend le relais des vacanciers. Un tourisme qui représente deux tiers des revenus de l’hôtellerie sur l’année. La question demeure encore sur la fréquentation de cette périodeen cours.

 

Le travail à distance, pourrait bien être l’avenir du tourisme. En effet, malgré la pandémie mondiale, le voyage d’affaire lui, ne risque pas de mourir. Pour beaucoup, les réunions virtuelles ne remplacent pas les voyages sur place. C’est pourquoi, en développant certaines offres et aménagement, ces derniers  pourraient offrir de nouvelles perspectives dans le secteur du tourisme.

Au travail, le virtuel ne remplace pas l’efficacité du contact réel

De nombreux professionnels le confirment, les réunions virtuelles ne remplacent pas les voyages. Si en Malaisie ou à Singapour et Hong Kong on envisage de créer des “couloirs de voyage” réservés aux voyageurs d’affaires avec des protocoles strictes, les affaires vont reprendre très doucement. Et pourtant, jongler avec les fuseaux horaires et les réunions zoom ne semble pas une solution à long terme pour les multinationales. Le voyage d’affaires est donc loin d’être perdu de vue, mais il devra s’astreindre aux règles de distanciation. Ainsi, le voyageur évitera peut-être les grandes métropoles et les réunions se dérouleront plutôt dans des centres régionaux, selon le Courrier Expat à l’origine d’un article sur la reprise de ce type de voyage.

 

Les nouveaux modes de travail dessinent ainsi l’avenir du tourisme et sont mis sur le devant de la scène. Ils pourraient, avec ce contexte de pandémie, ouvrir des perspectives de développement au tourisme national et international.

Avec ces pratiques, un nouveau voyageur se dessine. Organiser une offre en fonction, devient indispensable pour s’inscrire dans le tourisme de demain.

Tourisme d’arrière-saison : quelles pratiques à venir

On l’observe de plus en plus, le travail devient une occasion de voyager… Des travailleurs nomades indépendants aux salariés, ils ont bien souvent différents statuts. Ils s’apparentent à une tendance déjà en vogue de l’autre côté de l’Atlantique. La “flexcation”, venue des Etats-Unis, désigne ceux qui aiment travailler en vacances et allier vie de famille et travail.

 

Venu des Etats-Unis, identifiée dans le rapport du spécialiste de la réservation de vacances Vrbo (ex-HomeAway) le 5 août dernier. Aux Etats-Unis, la moyenne de congés payés par an est de neuf jours négociables avec l’employeur et 12 semaines de congés non payés pour raisons médicales ou familiales. Cette pratique qui allie travail et flexibilité de localisation et d’horaires, concerne de principalement de longues périodes, notamment d’août à décembre.

 

La « flexcation » est privilégiée après la saison estivale. En famille, les réservations vont d’une semaine à quatre semaines, selon Vrbo et ces chiffres sont croissants. Une envie qui risque d’être poussée par la crise sanitaire. C’est aussi une manière de passer des vacances en famille quand on aime la fluidité et la liberté en dehors des pics saisonniers. La réservation plus étendue associe vacances, moments en famille et télé-travail. Certaines familles optent même pour l’école à distance. La flexcation est un besoin hors norme de bouger et surtout de changer d’environnement pour casser sa routine qui fait partie de l’avenir du tourisme. Un nouveau mode de voyage-travail qui n’est pas isolé. 48 % des personnes interrogées dans cette étude pourraient “travailler de n’importe où”.

 

En Italie, l’application “Work your way”, plateforme d’achat de forfait voyage sur mesure, s’accommode déjà de ces nouvelles envies en créant un espace employeur et employés, où chacun peut s’accorder.

welogin, flexcation, avenir du tourisme, travailler, voyager

Des expériences hors-saison

Ennemis des “saisons” ces voyageurs pourraient voyager n’importe où, n’importe quand et expérimenter de nouvelles pratiques. Offrir un large éventail d’expériences, hors normes, dans un cadre nouveau mais, avec un confort “comme à la maison”, sont les défis des professionnels du tourisme pour séduire cette nouvelle clientèle nomade. De plus, cette tendance  privilégie des destinations peu fréquentées, avec un bon rapport qualité-prix.  De quoi ouvrir de nouvelles perspectives au secteur du tourisme français pour le dernier semestre 2020.

 

Ce semestre, le groupe Accor (sur le modèle du groupe CitizenM aux Pays-Bas) lance les “hôtel office”. Un concept qui consiste à réserver des chambres en journée et à bénéficier des espaces annexes en parallèle. Une offre à venir en France mais déjà déployée au Royaume-Uni et quelques autres pays européens. On observe aussi certaines villes devenir l’eldorado de nouveaux nomades, digital nomades et remote worker.

Comment attirer cette clientèle : les aménagements dans l’hôtellerie et le tourisme
 

L’hôtellerie équipée d’espaces de concentration, favorisant la créativité, se déploie partout en Europe. On parle alors de “hub” au niveau national, dans les grandes villes, Paris,Bordeaux ou au niveau européen (Lisbonne, Portugal par exemple). Les co-working, espaces payants de travail en commun n’ont de cesse de se déployer. Par exemple, en 2 ans seulement, en France, le marché a triplé.

 

Le numérique est devenu une nouvelle source de possibilités de travail et ces transformations entraînent de nouvelles perspectives pour l’avenir du tourisme. A distance et en freelance par exemple, les possibilités sont nombreuses et ces voyageurs qui permettaient simplement de combler les creux d’intersaison, pourraient devenir une “nouvelle demande” à satisfaire.

 

Le tourisme pourrait donc se renouveler et surtout d’adapter, plus vite que prévu en France. Les nouvelles habitudes et les aménagements “work-friendly” (accueillants pour les travailleurs) sont préconisés et à déployer en hôtellerie-restauration pour attirer cette clientèle.

Share This
M