Comment préparer sa saison été 2021 : les 5 piliers de la saison

Alors que les terrasses et restaurants rouvrent depuis le 26 mai et que petit à petit la vie reprend son cours, le Covid laisse planer une ombre de doute sur cette saison touristique 2021. Les premiers chiffres et statistiques cette année montrent un engouement identique à 2020 pour les vacances au cœur de l’hexagone. Les voyagistes et destinations françaises ne savent pas à quoi s’attendre mais attendent leurs voyageurs français avec impatience. Malgré de grandes disparités dans l’affluence sur les différentes régions de France depuis l’an dernier, plusieurs axes renforceraient l’attractivité d’un territoire. Des tendances qui ne le sont plus et investissent de plus en plus la stratégie de développement touristique d’un territoire. 

Une saison presque identique à l’été 2020 : comment envisager sa  stratégie marketing touristique?

Comme l’an dernier, les réservations cette année se sont concentrées sur certaines régions. Ainsi, on enregistrait à l’été 2020, une baisse moyenne de 9% selon le rapport de l’INSEE notamment en Corse et Côte d’Azur. L’Ile-de-France aussi était impactée, tout comme 3 grandes régions :  le Grand-Est (-37%), l’Occitanie (-35%), les Hauts-de-France (-30%).  Des statistiques qui viennent valider de fortes tendances apparues dès 2020. Il y a fort à parier que bientôt plus aucun acteur du tourisme ne pourra passer à côté de celles-ci dans le développement de son attractivité touristique. 

On constate l’an dernier, les destinations des Bouches-du-Rhône ou les Alpes-Maritimes et la Gironde largement privilégiées par les voyageurs selon Expedia.fr. Des données qui permettent d’initier une nouvelle stratégie de développement touristique sur l’hexagone.

Avec plus ou moins de certitude, il est prévisible que certaines tendances des voyageurs seront comparables à l’été 2020.  Sur l’hexagone, les Français se sont attachés à passer des vacances en France encore une fois, cet été. Les réservations affluent déjà pour bon nombre de destinations et si l’on en croit les chiffres de retours du premier week-end de l’ascension ( permettant aux Français de partir à plus de 10 kms) on peut y déceler quelques indices des destinations favorites de nos voyageurs métropolitains. 

Le Var sort en tête de liste puis le Morbihan, la Charente Maritime, la Vendée, le Calvados. Des départements en grande majorité littoraux, qui se révèlent complètement comme des destinations phare d’une stratégie de développement touristique.

Développer une stratégie de développement touristique autour de nouvelles destinations privilégiées

PAPVacances a présenté le détail des spots les plus recherchés par les voyageurs. Sans surprise, les bords de mer monopolisent l’attention des vacanciers : ils représentent 86,6% des réservations du grand week-end de l’Ascension, contre 82,5% pour le même pont en 2019. Les locations à la campagne tirent également leur épingle du jeu : elles représentent 10% des réservations des vacanciers, contre seulement 3,8% en 2019. Les locations touristiques dans les grandes villes, en revanche, souffrent énormément de la crise sanitaire. 

À cela s’ajoutent des itinéraires beaucoup moins habituels sur de nouvelles destinations favorisées. Les destinations Montagne et Zones rurales sont de plus en plus appréciées des Français. De plus, il y a de fortes chances que ces destinations se démarquent par la valorisation et le renforcement d’une identité culturelle et patrimoniale forte. Visites et visites-guidées, itinérances et envie d’isolement vont se mêler  aux tendances d’évasion accentuées par la pandémie Covid19.

En 2020, les régions montagne du: Massif central, des Pyrénées, du Jura et des Alpes du Sud ont enregistré le meilleur taux d’occupation… L’été sera-t-il donc Montagnes ou Montagnes Russes? 

À cela, s’ajoute une destination surprise: la Dordogne, qui monte comme une des meilleures destinations d’Europe ainsi 6 millions de voyageurs ont identifié la Vallée de la Dordogne comme un incontournable en 2021. Le tourisme de demain, va de surprise en surprise. 

Enfin, les grands Hôteliers dont Airbnb ont enregistré des hausses de réservations dans les hôtels en Dordogne et Ardèche mais aussi des chiffres records dans les Vosges et l’Aveyron. Finalement, deux départements supplémentaires ont fortement tiré leur épingle du jeu. Il s’agit de la Dordogne et l’Ardèche: deux grandes surprises avec des chiffres records tout comme l’Auvergne et le Jura… S’agit-il d’un retour sur un marketing touristique? Difficile de le savoir pour le moment. 

À noter donc que l’été sera très certainement tourné vers les zones rurales et la montagne. Au-delà des prévisions d’affluence, pour aller plus loin on a décidé de creuser comment préparer la saison et surtout attirer sur sa destination.

5 piliers à adopter dès maintenant pour une stratégie de développement touristique optimisée. 

Le besoin de nature et d’évasion

Tout comme cette alpiniste qui a pensé une charte environnementale comprenant une pénalité financière, la question se pose régulièrement de taxer et faire payer l’entrée des parcs nationaux ou encore de fermement inscrire une réglementation “propre” contre la pollution de lieux naturels. C’est-à-dire : pollueur – payeur.

Concernant les surfréquentations de lieux touristiques, la création d’une jauge, régulatrices, horaires ou tarifées est parfois envisagée. Comme cette année, après l’afflux de touristes sur les îles bretonnes soudainement très populaires, cet été.

Le juste équilibre écologique et responsable des 56 parcs naturels français n’est donc pas encore trouvé. Le parc naturel des calanques a atteint à l’été 2020, une surfréquentation “inquiétante”. Le parc attire près de 3 millions de visiteurs par an.

Ainsi, le parc a mis en place un marketing détonnant pour s’adapter et résolument passer sur un tourisme responsable et durable. Les photographies de plages magnifiques et désertes font place à des images calquées sur la réalité montrant des plages bondées. Une campagne qui n’encourage plus les images idylliques et privilégie un tourisme aux retombées moindre et protégeant les ressources naturelles.

En 2020, 9 millions de voyageurs français se sont rabattus sur la France pour voyager…

Notre territoire et notre patrimoine ont de la valeur. Déjà avant la pandémie plus de 57% des Français partaient en vacancesdans l’hexagone ! 

Le voyage se reconcentre sur un autre type d’évasion celui qui porte sens, avec plus d’engagement, des solutions locales, un soutien économique. Il y a une volonté de repli sur soi qui privilégie la découverte et non le loisir. Ainsi, selon une étude Booking, 49 % des personnes interrogées prévoient de voyager en France sur le moyen terme et seul 18 % prévoient de voyager à l’autre bout du monde d’ici la fin 2021.

Avec les multiples confinements en 2021 les Français se sont moins déplacés. C’est ce que révèle une dernière étude Opodo. Les Français ont aussi moins dépensé, – 30% en moyenne. Ils se sont concentrés sur leurs besoins essentiels et ont donc moins consommé. Mais il est à parier qu’ils ne résistent pas à une envie d’évasion dans l’hexagone cet été et s’y concentrent puisque 90% de français ont redécouvert l’hexagone même si depuis mars 2020 cette tendance ne couvre pas le manque de tourisme étranger. (https://www.cnews.fr/conso/2021-03-18/sondage-les-francais-sont-moins-partis-et-ont-moins-depense-pour-leurs-vacances-en)

Toujours selon ce baromètre, 57% des Français estiment le départ en vacances en 2021 comme un besoin vital !

De quoi faire du voyage local, la première ressource du tourisme français. Voyager à proximité et privilégier la micro-aventure c’est aussi la recette sur laquelle se sont concentrés bon nombre de voyagistes ces derniers temps. Chilowé qui vise des micro-aventures en bas de chez soi, en famille ou amis souvent guidées, propose de satisfaire les plus en mal de liberté et de nature. L’idée, dès le premier confinement était de proposer de jolies micro-aventures dans un rayon de 100 km autour de Paris et Ile-de-France.

Explora Project, un autre genre de voyagiste, emmené par son fondateur Stanislas Gruau privilégie des treks et explorations ardues et uniques … en France ! Week-end initiation à la survie, bivouac etc. Il y en a pour tous les goûts du moment que l’on dépasse ses limites et qu’on a soif d’aventures, engagées et responsables!

Le slow travel : ou l’art de voyager… plus doucement : le marketing touristique du naturel 

Cet été, il ne faudra pas passer à côté de l’Itinérance et des mobilités douces pour attirer sa clientèle. 

Avec la douceur de vivre, l’idée de prendre son temps, le slow travel exploite une autre tendance, celle des séjours plus longs.  11% des voyageurs ont réservé à plus de 90 jours. Si l’ultra last-minute fait une entrée fracassante dans les habitudes des voyageurs et que la billetterie en ligne devient un grand indispensable, les recherches se font toujours très en amont du départ et de la saison. Organiser son voyage, prospecter, permet même de vivre le voyage en avance. À cela, il faudra adapter sa stratégie de communication, il est impératif de priviélgier ’information sanitaire et d’aider aux préparatifs via un contenu pertinent, adapté et attractif. Ainsi, plus de 90% des Français ont, pendant le confinement, cherché des idées de séjour pour échapper à l’ennui et préparer un futur départ ! 

Car les réservations annoncent déjà la tendance : des vacances et voyages plus longs. L’envie de voyager plus lentement et doucement est là. Ainsi, le camping-car fourgon ou Van a largement séduit l’an dernier.

La France compte 1,4 million d’adeptes du camping-car, selon la Fédération des campeurs, caravaniers et camping-caristes. Ralentir le rythme et profiter de l’instant présent c’est ce qui ressort de ce voyage en fourgon tant apprécié des afiocionados. Et pour cause, il allie moyen de transport, hébergement et lieu de vie. Il permet de sillonner la France comme Chloé et Gurkan les vanlifers de @Vanlifegoeson qui livrent pour Wevan un guide de la Bretagne à la Corse en fourgon aménagé. Le contenu est adapté pour donner l’envie de découvrir ce mode de voyage. 

L’an dernier, les loueurs enregistraient deux fois plus de réservations, en priorité de la part des novices. Le van a le vent en poupe, notamment pour cette itinérance douce en France tout comme le cyclotourisme qui séduit de plus en plus sur les voies vertes françaises. 

welogin, 5 piliers pour sa stratégie de développement touristique à l'été 2021

Attirer par les nouvelles tendances de workation : un marketing touristique à privilégier

Les envies, plus rurales, se fondent la recherche d’expériences plus isolées. Selon Booking, 57% recherchent des expériences hors des sentiers battus. Le but? Renouer le lien à la nature. 46 % préférèrent séjourner dans une maison de vacances ou un appartement plutôt que dans un hôtel. Le tout doit être accueillant, attirant et responsable. 

À cela s’ajoute le workcation ! Mais qu’est-ce que c’est? Cette tendance allie la flexcation (l’idée de flexibilité au travail et télétravail) combinée au choix de son lieu de séjour selon ses envies. Partir plus longtemps, c’est donc aussi partir en vacances et allier télétravail et vacances. 19% des sondés de l’étude Booking, ont déjà pensé à réserver un hébergement pour pouvoir y travailler loin de chez eux. Les nouveaux modes de voyage prennent le pas et il faut s’attendre à ce qu’ils deviennent plus présents en France et notamment sur l’arrière-saison.

De nouveaux logements adaptés au travail, équipés en connectique et internet, comme le conçoit la nouvelle plateforme de réservations Floasis qui  croit fort en un environnement doté d’un pouvoir de productivité. Le digital nomadisme se répand. Ces télétravailleurs  privilégient des logements remplissant des critères précis et en adéquation à un workflow relaxant et motivant. Le tout doit également aider à créer une communauté autour de ces logements atypiques. Bref! Tout pour un plus grand dynamisme et bien – être au travail. 

Une offre se déploie aussi de logements uniques et responsables avec la plateforme Vaovert qui se démarque dans le paysage. Le tourisme sera donc responsable à l’avenir ou ne sera pas. Les chalets et maisons de vacances, les villas, les cottages, les cabanes dans les arbres ont particulièrement la côte. Les campings également cherchent à toucher leur clientèle et les faire revenir vers une idée du camping beaucoup plus “sauvage” qui répond à l’art de l’isolement. Ainsi, chez Huttopia il n’y aura “pas plus de 60 personnes par hectares”. L’hôtellerie de plein air se penche également sur une charte sanitaire pour rassurer les voyagistes et attirer une nouvelle clientèle.

Le besoin de flexibilité : l’ultra – last minute une tendance incontournable de la stratégie de développement touristique 2021

En conclusion, si certaines zones restent d’éternels hotspots touristiques, le tourisme se répartit aujourd’hui en plusieurs tendances fortes qu’il convient de maîtriser afin d’attirer une clientèle en mal d’évasion dans sa destination.

La logistique d’un office de tourisme et de partenaires d’activités nécessite l’équipement adéquat. Un calendrier de réservation ou une billetterie en ligne permet d’anticiper les besoins de la clientèle de gérer des jauges et des flux touristiques parfois importants et d’autres plus faibles.

→ Notre Weconsult & Weessentiel sont faits pour plusieurs typologies de métier. Welogin est un un logiciel de gestion conçu en collaboration avec les acteurs du tourisme, de la culture et du patrimoine. Avec plus de 200 fonctionnalités, nous vous aidons pas à pas. 

Besoin d’aide pour votre billetterie en ligne et booster vos réservations touristiques cet été? Consultez notre tableau de fonctionnalités !

Sources :

Share This
M